Une nature d'exception

Vous êtes ici

Suivi par émetteur GPS d’un Butor étoilé en Brenne

Espèce prioritaire de la Directive Oiseaux, le Butor étoilé (Botaurus stellaris) bénéficie d’un suivi annuel en Brenne depuis près de 30 ans.

Un programme LIFE (2001-2006) suivi d’un Plan National d’Actions (PNA, 2008-2012) a permis, entre autres, de préciser le statut de l’espèce en France
et d’améliorer significativement les connaissances sur sa biologie et son écologie. Il reste néanmoins des lacunes en termes d’acquisitions scientifiques sur l’oiseau.

Forte de ce constat, la Réserve Naturelle de Chérine a souhaité mener des actions de recherche, notamment en recourant à l’équipement d’individus avec des balises Argos.

La compréhension de l’utilisation spatiale de la Réserve et de sa périphérie par le Butor étoilé au cours d’une année complète (au minimum) permettra
de déterminer les
sites prioritaires à préserver, pour sa reproduction, son alimentation ou, le cas échéant, son hivernage. Les résultats obtenus serviront à l’évaluation de la pertinence des pratiques de gestion des milieux actuellement menées sur la Réserve (niveaux d’eau, rajeunissement des roselières, création de chenaux, gestion piscicole, entretien des fossés,…) et à l’orientation des décisions futures.

C’est dans ce cadre qu’un mâle de Butor étoilé a pu être équipé d’un émetteur GPS en 2016, permettant de recueillir des informations sur l’exploitation spatiale de son territoire : il s’agit là d’une première au niveau national.

Les données recueillies durant la période d’étude sont très enrichissantes à l’échelle locale. Ainsi, le domaine vital du mâle chanteur est désormais bien délimité. Les déplacements que cet oiseau a effectués ont pu être identifiés avec finesse : au final, ce ne sont pas moins de 71 étangs qui ont été visités, la distance couverte durant cette période étant de 807 km !

Cette étude a donc permis la découverte d’une quantité insoupçonnée de mouvements inter-nuptiaux. Simultanément, des étangs « clés » pour l’oiseau (séjours d’une quinzaine de jours d’affilée) ont pu être identifiés, une fois passée la période de reproduction.

Ces informations sont essentielles en termes de stratégie de conservation de l’espèce et de priorisation d’actions de gestion.

Les premiers résultats positifs de cette étude nécessiteraient une comparaison avec d’autres individus. Il est en effet imprudent de tirer des conclusions générales sur l’écologie et la conservation d’une espèce avec seulement un individu suivi. Il est donc essentiel de poursuivre cette étude en équipant d’émetteur GPS d’autres mâles chanteurs de la Réserve de Chérine.

La connaissance des domaines vitaux des femelles est également indispensable à une bonne préservation des milieux utilisés par l’espèce.

Pour ce faire, il est envisagé d’équiper des femelles – deux individus minimum afin de pouvoir comparer – dans les années à venir.

En outre, nous espérons que l’équipement de nouveaux individus répondra à  au moins une question, à savoir : le Butor étoilé hiverne-t-il en Brenne, et si oui où ?